Plus d’un demi-siècle d’existence

Jusqu’à la fin des années 1960, seuls les agents et adjoints techniques étaient formés au Maroc par l’École Royale Forestière (ERF) de Salé. Les cadres ingénieurs, formés alors essentiellement dans des écoles françaises, étant alors en nombre insuffisant pour assurer une meilleure gestion du patrimoine forestier, lors de la première semaine forestière du Maghreb tenue à Tunis en 1967, les chefs des administrations forestières de l’Algérie, du Maroc, et de la Tunisie ont approuvé le principe de former au Maghreb leurs propres cadres supérieurs forestiers. C’est dans cette perspective et conscient de l’importance vitale de la forêt et de la complémentarité des actions de développement forestier que le gouvernement marocain créa avec le concours du fond spécial des Nations unies et de la FAO – comme organe d’exécution –

l’École Nationale Forestière d’Ingénieurs (ENFI), le 02 , au sein du Ministère de l’Agriculture et de la Réforme Agraire pour former les cadres supérieurs forestiers pour le Maghreb. Satisfaits de l’efficacité de cette formation, les responsables des Administrations Forestières des pays maghrébins ont proposé l’élargissement de cette formation aux pays du Sahel et à d’autres pays africains. Ainsi, l’ENFI va accueillir les premiers étudiants non maghrébins dès la rentrée universitaire 1975. Avec la création de l’ENFI, le développement de l’éducation et de la formation forestière supérieure a connu plusieurs phases, à savoir :

  • A partir de 1992

    Phase IV

    Suite aux Hautes Directives Royales et dans le but de donner une formation complète aux cadres formés que la formation militaire a été instaurée à l’ENFI depuis la rentrée académique 1992-1993.

  • A partir de 1986

    Phase III

    Une nouvelle réforme de la formation supérieure agronomique et forestière a démarré en 1986. Dès lors, l’ENFI assure la formation de l’Ingénieur des Eaux et Forêts spécialisé en 6 années réparties sur trois cycles de deux ans chacun : le premier cycle est consacré aux sciences de base, le deuxième à la foresterie générale et le troisième à la spécialisation.

  • 1968-1970

    Phase II

    La réforme de l’Enseignement Agricole intervenue en 1971, s’est traduite par une refonte complète du système de formation agricole et par l’instauration d’une année commune - Année Préparatoire aux Études Supérieures en Agriculture (APESA) - à l’issue de laquelle les étudiants sont orientés vers les différents établissements de formation du Ministère de l’Agriculture et de la Réforme Agraire et vers les différents cycles (cycle de 4 ans pour les ingénieurs d’application; cycle de 6 ans pour les ingénieurs de conception). Cette réforme entraîna la création à l’ENFI d’une première année orientée essentiellement vers l’acquisition des connaissances de base (Agronomie, Machinisme, Économie Générale, Statistiques, Botanique, Bioclimatologie, Topographie, etc.). La première mission d’évaluation de ce projet par la FAO a conduit à la création d’une chaire d’aménagement des parcours forestiers et à l’instauration des projets de fin d’études et des stages interannuels dès l’année 1972.

  • 1968-1970

    Phase I

    La formation forestière est dispensée en deux années pour les étudiants bacheliers ayant accompli deux années d’études supérieures dans les facultés des Sciences ou dans une École d’Agriculture (comme l'ENA de Méknès, ou l'ENSAT de Tunis). La prépondérance est donnée à la formation pratique et l’accent est mis sur les activités techniques de base: Sylviculture, Aménagement forestier, Conservation des sols, Législation forestière, etc.

Ce site Web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.